Mercedes-Benz GLC 250 4matic.

Mercedes-Benz renouvelle sa gamme de SUV.

N°2 Vu d'arrière, le GLC reste harmonieux dans ses proportions.

Pour sa nouvelle gamme de SUV, Mercedes adopte de nouvelles dénominations. On ne parle plus de la Classe ML mais de la Classe GLE. Dans le même temps le petit GLK devient GLC.

N°4 Elégance raffinée pour le GLC 250 dans un environnement luxueux

Désormais chez Mercedes, chaque gamme disposera d’une déclinaison SUV correspondant à la traditionnelle série des « Classe » en vigueur chez le constructeur allemand. Après le GLA, voici le GLC et le GLE qui se réfèrent respectivement aux Classe C et Classe E. En outre, le GLE est également proposé dans une version Coupé. Une pierre dans le jardin de BMW et de ses X5 et X6. Enfin à la fin de l’année arrivera le GLS évolution de la Classe S.

N°3, la planche de bord du GLC propose une ambiance dynamique avec une qualité percue évidente.

Lors de cet essai réalisé dans le sud de la France, c’est le GLC 250 4matic à motorisation essence qui nous a particulièrement séduit. Ses dimensions raisonnables associées à un volume intérieur généreux en font un excellent compromis. Une rupture totale de style par rapport au GLK. Autant le GLK pouvait être abrupt, taillé à la serpe, voire à l’Opinel, autant le GLC offre des lignes fluides et souples. L’équilibre des portes à faux est harmonieux et si l’empattement peut sembler un peu long, il n’en apporte que plus de confort et d’habitabilité aux passagers du véhicule. La ligne de caisse assez haute est soulignée par un trait de style qui semble la rabaisser et apporte de la finesse à la silhouette. Mercedes propose un SUV de dernière génération qui n’aura aucune difficulté à plaire face aux générations déjà anciennes de la concurrence comme BMW ou VW et surtout l’Audi Q5, son concurrent direct qui accuse son âge. Dans l’habitacle, le rappel à la Classe C est flagrant. La planche de bord est totalement similaire et l’on retrouve l’écran multimédia posé au milieu d’une façon un peu incongrue. En revanche, la qualité des matériaux et des accotements est parfaite et il faut saluer l’ambiance moderne qu’ont su apporter les designers de Mercedes-Benz dans l’habitacle.

Un comportement routier parfait.

N°1 Le GLC 250 offre un dessin résolument moderne.

Pour cet essai nous avons privilégié le quatre cylindres essence qui présente un excellent compromis. Sur un long parcours de plus de 200 kilomètres qui comprenait des petites routes de montagne, des trajets urbains ainsi que de l’autoroute, la consommation moyenne réelle s’est affichée à 9,8 L aux 100km. Cela reste tout à fait correct. Associés à une boîte automatique à neuf rapports, les 211 ch de ce moteur conviennent parfaitement au GLC. On peut adopter une conduite coulée sans avoir à redouter les dépassements d’un camion sur une nationale. La puissance répond présent dès que l’on sollicite l’accélérateur. Un parcours varié qui nous a permis d’apprécier la suspension adaptative pneumatique qui propose deux options : sport ou confort et s’adapte en permanence aux conditions de roulage. Un bon point également à la transmission automatique particulièrement réactive. Il devient inutile d’utiliser les palettes. Dans la position sport, l’intelligence de la boîte vous met toujours dans le bon rapport. On regrette simplement de ne pas disposer du système Dynamic Select Control de la GLE qui permet de jouer sur la gestion du moteur, de la boîte, de la direction et bien sûr de la suspension. Mais il faut savoir rester raisonnable comme a su le faire Mercedes-Benz en permettant de rester sous la barre des 55 000 euros pour un SUV moderne qui frise la perfection.

Joël Chassaing-Cuvillier.

Le Mercedes-Benz GLC 250 4Matic

Moteur essence 4 cylindres en ligne – 1 991 cm3 – alésage x course : 83mm x 92mm —155 ch à 5 500  tr/min – 350  Nm à 1200 tr/min – Boîte automatique à 9 rapports – Dimensions : 465,6 x 189 x 168,5 cm, empattement : 287,3   cm – Poids : 1735 kg – Pneumatiques 235/65 R17– Vitesse : 223 km/h – Accélération de 0 à 100 km/h : 7,6 s – Émissions de CO2 : 166 gr/km – Prix : de 44 000 à 56 100 selon version €

Publicités

Champagnes et vins de fêtes.

La période des vins de fêtes.

La fin de l’année, période de transition, est souvent dédiée aux bulles. Bulles de champagne par tradition mais aussi désormais aux crémants et autres vins effervescents. Si bien sûr le champagne bénéficie d’une image irremplaçable, on voit arriver chez les cavistes une nouvelle catégorie de crémants particulièrement bien élaborés.
Les italiens ont, les premiers, compris que le prix du champagne en France devenait un frein à la consommation. En proposant chez les cavistes et dans les bars des Prosecco de qualité à des prix souvent inférieurs à dix euros, les producteurs italiens se sont engouffrés dans une brèche laissée ouverte par les producteurs de champagne. Une situation qui ne pouvait pas laisser indifférent tous les français producteurs de vins effervescents. Que cela soit des clairettes ou des crémants, les produits français de qualité ne manquent pas et les vignerons français ont su travailler avec soin pour offrir de jolies bouteilles dignes des meilleurs moments. Ils n’ont plus à rougir de la comparaison avec les maisons champenoises. Dans cette catégorie, c’est un véritable match qui met en face à face l’image mondiale d’une région et le travail des vignerons qui proposent de nouvelles appellations,

Les Crémant relèvent la tête et s’invitent à la fête
La Bourgogne est particulièrement présente dans cette offensive pour réhabiliter des vins qui ont souvent été dénigrés, peut être aussi parce que mal travaillés dans le passé. Voici quelques idées pour vous orienter dans cette nouvelle culture.

Veuve Ambal, Cuvée Marie Ambal
Fondée en 1898, la maison Veuve Ambal est restée une maison familiale depuis cette époque et dispose de 200 hectares de vignes en Bourgogne dans la région du Chatillonnais. Leader de la production du Crémant de Bourgogne, Veuve Ambal utilise un assemblage de Pinot noir, de Chardonnay, de Gamay et d’Aligoté pour cette cuvée. Fruitée et aux notes d’agrumes prononcées, il dispose d’une belle harmonie. Une cuvée très classique qui ne déçoit pas. Les bulles sont fines et apportent une délicatesse en bouche. Toujours chez Veuve Ambal, la Grande Côte. (photo n°2) est un vin qui privilégie la vivacité et la fraicheur. Produit avec les vignes du chatillonnais de la maison Ambal, La Grande Côte est un assemblage de Pinot noir et de Chardonnay. Onctueux et frais, ce crémant est parfait pour l’apéritif.

photo N°1 Cuvée Marie Ambalphoton °2 La Grande Cote de chez Ambal.

Maison Simonnet-Febvre.
Installé à Chablis depuis 1840, Simonnet-Febvre produit un crémant de Bourgogne depuis cette date. Dans le giron de la maison Louis Latour depuis 2003, Simmonet-Febvre offre aux amateurs des crémants uniquement issus de Pinot noir et de Chardonnay. Cinq cuvées différentes sont proposées, les Classiques et les Cuvées Spéciales. Ces cinq cuvées sont issues à 100% de vignobles de l’auxerrois sur le pourtour des vignobles de Chablis. Autre singularité des crémants de chez Simmonet-Febvre, ils son composée exclusivement de Brut.
Les Classiques

photo n°7 Simonnet Dosage Zero 2008Photo N°4 Simonnet Classique Brut RoséPhoto n°3 Simonnet Classique Brut Blanc
Dans la séries des classiques, on trouve un blanc composé de Chardonnay à 60% et de Pinot noir. Un vin qui convient parfaitement pour l’apéritif. Les bulles sont fines et soutiennent un vin frais et dynamique. Elégant, le Brut rosé est élaboré à 100% à partir de Pinot noir. Frais et aux arômes de fruits rouges, il conviendra parfaitement aux desserts d’été.
Les Cuvées Spéciales de Simmonet-Febvre
Le Crémant Brut P100
Avec 100% de Pinot noir, le P100 outre les apéritifs, sera parfait avec les produits de la mer. Huîtres, poissons et pourquoi pas des sushis. Des bulles fines lui apportent de la délicatesse. Fruité et équilibré, il a la richesse du Pinot noir.
Crémant Cuvée S 2011.
Pour ce vin millésimé, Simmonet-Febvre a choisi un mélange de 90% de Chardonnay et 10% de Pinot noir. Le mariage de la puissance du Chardonnay et de la rondeur du Pinot noir. Des bulles fines et délicates le rendent particulièrement agréable en bouche. Parfait pour l’apéritif et les produits noble de la mer.
Crémant Zéro dosage 2008
A l’instar des champagnes, les crémants de qualité possèdent leurs millésimes. Ce Zéro dosage est élaboré uniquement à partir de cépage de Chardonnay. Exceptionnel, ce crémant s’accorde avec les mets les plus sophistiqués qu’il s’agisse de poisson ou de volailles. Un vin Gourmand.
Joël Chassaing-Cuvillier
Jchassaingcuvillier.wix.com

Le Champagne, une tradition française
R.012 BRUT et R.012N.

photo n°8 Champagne Lallier R012 Brut
Vin de fête par excellence, le champagne a pris une autre dimension depuis que la région est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Un petit cocorico en passant ne fait pas de mal même si ce « patrimoine » est de plus en plus ouvert et de moins en moins sélectif. C’est à Aÿ que nous nous arrêtons aujourd’hui pour découvrir le champagne Lallier. Propriété de Francis Tribaut depuis 2004 qui en est également le chef de cave, les champagnes Lallier donnent à ses vins le nom de l’année dont il tire une partie de ses origines. Le R.012 est donc élaboré à 80% par des vins de la récolte 2012 avec une dominante de Pinot noir. De cette collection R.012 Brut est tirée une série spéciale Brut Nature particulièrement adaptée aux dîners aux champagnes de l’apéritif jusqu’au dessert.
Jchassaingcuvillier.wix.com

Mercedes-Benz Class A 250 4matic

Mercedes Benz Classe A 250 4Matic
La Classe A renouvelle son image.

Présentée en 2012, la dernière version de la Classe A vient de bénéficier d’une remise à niveau comme cela se fait régulièrement chez les constructeurs automobiles. Modifications esthétiques, nouveaux moteurs et suspensions modifiées voilà ce que la firme de Stuttgart offre à son entrée dans la marque.
Un restylage qui s’avère important pour la marque tant la concurrence est rude entre les marques premium à ce niveau. BMW avec la série 1, Audi avec l’A 3, les acheteurs qui disposent d’un solide budget ont le choix. Si l’on ajoute les nombreuses options et variations de motorisations ou d’équipements chères aux constructeurs allemands, le choix devient souvent pléthorique et source de dépenses supplémentaires. Nous avons retenu ici une motorisation essence associée à une transmission intégrale 4matic. Un choix onéreux en final mais qui reste dans la logique des clients de la marque.
Dans son aspect extérieur, la Classe A présente des modifications des faces avant et arrière avec principalement une calandre modifiée et un nouveau bouclier arrière. Dans l’habitacle, les modifications sont très cosmétiques avec de nombreux inserts chromés et un nouveau volant cuir plus sport. Bien sûr la qualité des matériaux est toujours présente. En revanche la planche de bord n’a pas été revue. On retrouve l’écran multimédia qui semble posé au milieu du tableau de bord sans qu’il y soit réellement intégré. Sa position fixe semble incongrue surtout lorsque l’on ne l’utilise pas. On peut toujours s’en servir pour accrocher un sac à main. Les véritables nouveautés de cette Classe A résident dans des améliorations techniques. Notamment la suspension à amortissement piloté qui apporte un réel avantage quant au confort d’utilisation et au comportement routier. On regrette simplement qu’il s’agisse d’une option vendue 1250€. Mais il faut reconnaître que c’est un bon investissement. Il apporte un bon compromis entre le confort qui n’était pas à la hauteur dans les modèles précédents et la rigueur du comportement qui reste néanmoins perceptible. Il faut souligner également une présence de bruits aérodynamiques qui soulignent la perfectibilité de l’aérodynamisme de la carrosserie. Quant à la motorisation, nous avons retenu la A 250 qui avec son moteur 2 litres s’accorde parfaitement avec une boîte de vitesses automatique et une transmission intégrale. Un choix qui apporte la tranquillité de conduite et la sécurité des 4 roues motrices lors des hivers rigoureux. Une boîte de vitesses à 7 rapports qui peut être commandée par palettes au volant, un moteur réactif, un coffre au volume correct, la Class A est une voiture plaisante qui offre à son propriétaire l’image d’une réussite. Bien sûr le prix est élevé pour la catégorie, mais il s’agit de Mercedes qui n’a jamais eu la prétention de vendre du low cost.
Joël Chassaing-Cuvillier,
jchassaingcuvillier.wix.com

: La MERCEDES_BENZ CLASSE A 250 4MATIC EN CHIFFRES
Moteur essence 4 cylindres en ligne – 1 991 cm3 (83 x 92 mm) – 211 ch à 5 500 tr/min – 350 Nm à 1 200 tr/min – Boîte automatique double embrayage à 7 rapports – Dimensions : 429,9 x 178 x 143,8 cm, empattement : 269,9 cm – Poids : 1505 kg – Pneumatiques 225/45 R17– Vitesse : 240 km/h – Accélération de 0 à 100 km/h : 6,4 s – Émissions de CO2 : 154 gr/km – Prix : Dès 32 231 €