Kia Picanto, troisième.

WGMX9303.jpg

 

Kia Picanto, troisième

La troisième génération de Kia Picanto vient d’être présentée au salon de Genève. La citadine coréenne évolue profondément par rapport au modèle précédent. Design plus dynamique, nouveau châssis, nouveau moteur, la Kia Picanto fait peau neuve.

La face avant radicalement changée de la nouvelle Picanto est dynamisée par de larges ouvertures qui lui apportent de la jeunesse. En revanche, la face arrière reste plus consensuelle. On notera les feux intégrés dans le bouclier qui risquent d’être sensibles aux chocs alors qu’à l’avant les nouveaux feux à led sont mieux protégés. Outre une nouvelle carrosserie, la Picanto 2017, dispose d’un nouveau châssis. Dans ses dimensions, la Picanto conserve la même longueur, mais adopte un empattement et un porte à faux rallongés. Un choix qui apporte plus de confort aux passagers en augmentant la longueur aux jambes tandis que le volume du coffre bénéficie de l’augmentation du porte à faux. Concurrente directe de la Renault Twingo et de la Toyota Aygo, la nouvelle Picanto dispose d’une banquette arrière rabattable en deux parties et d’un coffre plus grand que la concurrence. La nouvelle Picanto propose un habitacle moderne qui comprend tous les accessoires électroniques indispensables à la vie moderne. Outre les désormais traditionnels sièges chauffants, aide au stationnement, on trouve un système de recharge du téléphone par induction, un écran multifonction de 7 pouces qui intègre le GPS ainsi que les fonctions Apple car play et Android auto. Pour cette nouvelle voiture de ville Kia a opté pour des motorisations essence déjà connues qui sont le trois cylindres 1.0 mpi de 67 ch et le quatre cylindres 1.2 mpi de 84 ch. Un moteur Diesel trois cylindres turbo de 1.O T-GDI de 100 ch est également disponible. Ces trois motorisations sont associées à une boîte de vitesses à cinq rapports.

Joël Chassaing-Cuvillier

Publicités

Range Rover Velar et Zenith

Zenith El Primero série spéciale Range Rover Velar

zenithrrvelarface01black.jpg

Zenith associe son image au Range Rover Velar.

Après la présentation lors du dernier salon de Paris d’un chronographe Zenith El Primero dédié au Range Rover, Zenith renouvelle son partenariat avec le constructeur britannique. Cette fois la marque horlogère a choisi le salon de Genève 2017 et la sortie du nouveau Range Rover Velar pour proposer un chronographe associé à ce SUV original. Un chronographe qui reprend le style du précédent modèle et adopte un bracelet différent.

JCC

Montblanc Summit, la montre connectée.

Montblanc, la montre connectée.

Après Tag Heuer, c’est au tour de Montblanc de présenter une montre connectée. Comme la Tag, elle fait appel à Google et au système androÏd pour son fonctionnement.

Montblanc avait effectué une première approche en 2015 avec une montre normale équipée d’un bracelet connecté. En 2016, c’est le système d’écriture Augmented Paper qui apparaît. Ce système permet de transférer l’écriture papier en document numérique. Aujourd’hui, c’est une montre connectée qui est proposée dans la gamme Montblanc Summit androïd wear. De dimensions généreuses, elle reprend les codes de la collection 1858 qui a servi de modèle pour la conception du boîtier. Sa glace saphir incurvée offre la sensation d’une montre classique tandis qu’elle possède les fonctions d’un écran tactile. Elle possède un microphone qui assure les commandes vocales ainsi que toutes les fonctions des montres sportives connectées : moniteur cardiaque, capteur de pas, boussole, baromètre etc. Elle utilise le processeur Qualcomm snapdragon. On peut néanmoins reprocher à une montre sportive de ne pas être étanche à l’eau et à la poussière. Conçue pour travailler avec smartphone Samsung, elle n’est pas appareillable pour l’instant avec Iphone.

Joël Chassaing-Cuvillier

Roger Dubuis, Pirelli et Italdesign…

Roger Dubuis et Italdesign présentent des projets communs

RDDBEX0622 ItalDesign EX45S 505SQ

Après une expérience avec le manufacturier Pirelli, l’horloger Roger Dubuis continue son incursion dans l’automobile. Lors du dernier salon de l’auto de Genève, il proposait un produit conçu en collaboration avec le designer italien Italdesign.

Pirelli au SIHH, Italdesign au salon de l’auto de Genève, il est clair que Roger Dubuis s’intéresse de plus en plus à l’automobile. Ce nouveau partenariat préfigure certainement un engagement plus poussé de l’horloger vers l’univers automobile. Pour Roger Dubuis, le partenariat avec Italdesign repose sur l’image de son design puissant que l’on retrouve également dans le travail d’Italdesign. Rappelons que ce studio créé en 1968 par Giorgetto Giugiaro et Aldo Montovani a donné naissance à quelques modèles marquants comme les Maserati Bora et Merak, la De Lorean DMC12, les Bugatti EB 112 et 118 ainsi qu’une Bizarrini Manta qui fut le premier concept car du studio. Nous oublierons des modèles alimentaires comme la Fiat Palio et la Hyundai Pony. Il faut bien vivre. Pour cette Excalibur Spider Italdesign Edition, on retrouve le mariage du carbone et de la céramique. Deux matériaux utilisés en automobile et en horlogerie. En y incorporant bien sûr les couleurs du drapeau italien. Une montre qui sera éditée à huit exemplaires seulement. De son côté Italdesign a présenté une supercar, la Zerouno, qui possède une coque en fibre de carbone et aluminium. Pour cela, il a été crée une nouvelle marque, Italdesign Automobili Speciali, chargée de fabrication. Cette berlinette sera produite à cinq exemplaires en 2017 et est équipée du V10 5,2 litres de la Lamborghini Huracan. On retrouve d’ailleurs l’influence Lamborghini, propriétaire d’Italdesign, dans le style de la Zerouno.

Joël Chassaing-Cuvillier

Italdesign OneOff car under the company name Italdesign Automobili Speciali

 

 

 

 

 

 

 

Smart electrique troisième

Smart fortwo electric drive.

Citadine de naissance, la Smart fortwo est proposée dans une version électrique depuis 2009. Aujourd’hui, en utilisant la troisième génération du modèle qui est apparue en 2014, Smart inscrit dans sa gamme une nouvelle version électrique.

Une nouvelle Smart electric drive qui est toujours tributaire de l’autonomie de ses batteries. Fabriquée à Hambach en Moselle, la Smart est une voiture très française. En effet outre son lieu de production, la nouvelle Smart dispose d’un châssis extrapôlé de la nouvelle Renault Twingo tandis que son moteur électrique à courant triphasé est dérivé de celui de la Zoé. Un changement qui apporte un gain de 5kW par rapport à la génération précédente avec une batterie de 17,6 kWh. Smart a considérablement diminué les temps de charge des trois batteries. Avec une prise de ménage on passe de 7h à 5h pour effectuer la recharge tandis que le système Wall Box passe de 5h30 à 3h30. Une charge rapide limitée à 80% en 45 mn est également possible.

Au volant.

La nouvelle Smart Electric Drive correspond parfaitement à son usage urbain et périurbain. Le mariage du châssis Renault et le poids des batteries implantées sous les sièges, offrent un comportement dynamique. Les courbes ou les virages serrés se passent en toute sécurité la voiture parfaitement collée au sol. Pour une meilleure sécurité la Smart ED ne peut dépasser le 130km/h. Il faut souligner aussi le rayon de braquage ultra court (6,95m) qui permet de faire un demi tour sur place dans une petite rue. Hormis l’indicateur de charge et de consommation situé dans un petit compteur à gauche du conducteur à l’instar des 2 CV, l’habitacle de la version électrique est identique au modèle normal. Donnée pour 160 km d’autonomie selon le constructeur, il faudra réellement compter sur une capacité d’une centaine de kilomètres en conduite normale. Les batteries bénéficient d’une garantie de 8 ans ou 100 000 km. Pure citadine, la Smart électrique offre l’avantage de ne pas dépendre des différentes interdictions de circulation grâce à son absence d’émission. Quant au tarif de 21 940 €, il reste cher dans la mesure où il s’agit d’une stricte deux places.

Joël Chassaing-Cuvillier

smart electric drive Toulouse 2017

Ferrari 812 Superfast

Ferrari 812 Superfast

812-superfast_2

Ferrari a choisi le Salon de l’automobile de Genève pour présenter sa nouvelle berlinette12 cylindres, la 812 Superfast, la Ferrari la plus puissante et la plus rapide de l’histoirede la marque.

Cette nouvelle voiture représente une étape particulièrement importante. Eneffet, la série V12 a marqué le début officiel de la glorieuse histoire du Cheval Cabré en 1947, il y a 70 ans cette année. La 812 Superfast inaugure ainsi une nouvelle période dans l’histoire des 12 cylindres de Ferrari, en utilisant l’héritage de la F12berlinetta et de la F12tdf. Elle vise les clients désirant la Ferrari la plus puissante et la plus exclusive de lagamme. Destinée à la piste comme à la route, elle conserve un confort d’utilisation.

Moteur: Equipée d’un nouveau moteur V12 6,5 litres qui développe 800 ch, la 812 Superfast est la nouvelle référence dans le segment des voitures de sport à moteur central avant. Elle atteint sa puissance maximale à 8 500 tr/min, ce qui se traduit par une puissance spécifique de 123 ch/l. Le couple maximal est de 718 Nm à 7 000 tr/min, dont 80 % sont disponibles dès 3 500 tr/min, améliorant à la fois la maniabilité et la reprise, même à bas régime. Ces niveaux de performance ont en partie été atteints grâce à l’adoption d’un système d’injection directe de 350 bars pour la toute première fois sur un moteur hautes performances et à l’association des conduits d’admission à géométrie variable dont la conception est dérivée de celle des moteurs de F1 à aspiration naturelle. La transmission à double embrayage de la 812 Superfast présente des rapports de vitesses spécifiques qui, combinés à des temps de passage des vitesses plus courts entre les rapports, améliorent encore la réponse à l’accélérateur.

812 Superfast – Spécifications techniques:

Moteur: Type V12 – 65°, Cylindrée totale 6 496 cc,  Puissance utile maximale 588 kW(800 ch) à 8 500 tr/min, Couple maximal 718 Nm à 7 000 tr/min

Poids et dimensions: Longueur 4 657 mm, Largeur 1 971 mm, Hauteur 1 276 mm , Poids à vide 1 525, kg Répartition du poids 47-53 % avant/arrière

Performances:  Vitesse maximale >340 km/h,0-100 km/h 2,9 s

Consommation de carburant et émissions de CO2: Consommation de carburant 14,9l/100km (En cours d’homologation), Émissions de CO2 340 g/km

812 Superfast_5.jpg

Honda Civic

Honda Civic 5 portes 2017  Honda Civic 5 portes 2017

Honda Civic dixième édition.

Quarante ans et dix éditions plus tard, la Civic est toujours une voiture qui possède ses inconditionnels. Un modèle fabriqué en Angleterre et diffusé dans le monde entier. Pour cette version 2017, tout est nouveau, design, motorisations, transmission, châssis.

Comme la plupart des voitures contemporaines, la Civic 2017 a pris de l’embonpoint. Plus longue de 15 cm, elle atteint les 4,52 m et devient l’une des plus grandes de sa catégorie. La nouvelle Civic adopte un design aux lignes très marquées. Les faces avant et arrière pourront ne pas plaire à tous, notamment les extracteurs arrière qui s’inspirent des divers éléments de la fomule1. En privilégiant une carrosserie à quatre portes, Honda s’adresse clairement aux familles qui cherchent un véhicule où ils trouveront le meilleur confort. Le profil dynamique de cette Civic est également plus flatteur que le design de ses concurrentes directes comme la Peugeot 308, la Renault Mégane et surtout la VW Golf dont le classicisme est d’un ennui profond. Pour ce modèle, Honda a choisi dans un premier temps de la proposer avec deux motorisations essence. Un trois cylindres de 1.0 l de 129 ch et 200 Nm et un quatre cylindres de 1,5 l de 182 ch et 240 Nm, les deux moteurs étant associés à une transmission à six rapports. Une boîte CVT est disponible sur chaque modèle. Avec un prix de départ de 22 900€ pour la 1.0 l et de 27 300€ pour la 1.5 l, la Civic affiche des prix contenus par rapport à l’ancienne génération. Un moteur Diesel est prévu pour la fin de l’année, mais il ne s’agit pas là d’une priorité chez Honda. Voiture d’afficionados, la Honda Civic ne devrait pas décevoir ses inconditionnels qui retrouvent là une voiture différente où la technologie japonaise est toujours bien présente.

Joël Chassaing-Cuvillier

http://jchassaingcuvillier.wixsite.com/jchassaingcuvillier