Toyota Yaris Hybride

2017_Toyota_Yaris_Hybrid_Blue_Dynamic_38.jpg

Toyota Yaris Hybride. Troisième.

La Toyota Yaris avec cette troisième génération reçoit un nouveau moteur essence de 1,5L ainsi qu’un rafraîchissement de son style. Cette Toyota est la voiture française la plus produite en France avec près de 240 000 voitures produites à Valenciennes.

Nouveau style, nouveau moteur, voilà les grandes lignes de la Toyota Yaris 2017 dont le dernier restylage datait de 2014. De nombreuses améliorations techniques, de confort et de sécurité ont été également apportées à cette dernière mouture. Les retouches de design portent essentiellement sur la face avant qui adopte un nouveau système d’éclairage à LED et une nouvelle calandre. A l’arrière, on retient un nouveau hayon et un bouclier retravaillé avec de nouveaux feux arrière. Dans l’habitacle, c’est le tableau de bord qui a été le plus revu. Deux gros cadrans analogiques bien lisibles font face au conducteur associés à un écran numérique. Une large visière court jusqu’au centre de la planche de bord où est implanté un large écran tactile. Ergonomique, ce tableau de bord utilise des matériaux de qualité agréables au toucher.

2017_Toyota_Yaris_Hybrid_Blue_Dynamic_34.jpg

Une insonorisation parfaite.
Dès le démarrage, c’est l’insonorisation que l’on remarque. Une amélioration réelle qui a été obtenue en travaillant sur de nombreux points de la voiture. Les supports moteur, la barre antiroulis, la transmission, la ligne d’échappement, font partie des éléments qui ont contribué à cette amélioration. Sur le plan dynamique, la Yaris dispose d’un nouveau châssis associé à une direction et un train avant précis. La position au volant est agréable et l’on apprécie le volant multifonction (réglable en hauteur et profondeur) qui facilite la tâche du conducteur. Les sièges avant offrent une assise au soutien sous cuisse parfait tandis que les places arrière sont généreuses. Côté sécurité, la Yaris Hybride dispose des tous nouveaux  éléments modernes : système précolision avec freinage automatique d’urgence, gestion automatique des feux de route, alerte de franchissement de ligne et lecture des panneaux de signalisation. Des systèmes qui complètent les désormais classiques ABS et antipatinage. En finition supérieure, on disposera d’une caméra de recul, de freins arrière à disque, d’une climatisation automatique deux zones et de feux de jour à diodes.

2017_Toyota_Yaris_Hybrid_Blue_DetailInt_12.jpg

Economique, confortable et très habitable, la Yaris Hybride en dépit de son âge possède encore de nombreux avantages sur une concurrence pratiquement inexistante. Qu’il s’agisse de particuliers ou de sociétés, le choix d’une voiture hybride est désormais posé dans la mesure où les véhicules Diesel ne bénéficieront plus de tous les avantages économiques habituels.

Joël Chassaing-Cuvillier
2017_Toyota_Yaris_Hybrid_Blue_Static_53.jpg

La Toyota Yaris 100 Hybride en chiffres :

Moteur essence 4 cylindres en ligne – 1 497 cm3 (75 x 84,7mm) + moteur synchrone 45KW – 100 ch à 3 500  tr/min (puissance cumulée)– 111Nm à 4400 tr/min (moteur thermique) – Transmission épicycloïdale – Dimensions : 394,5 x 169,5 x 151 cm, empattement : 250 cm – Poids : 1090 kg – Pneumatiques 195/50R 16 – Vitesse : 165 km/h – Accélération de 0 à 100 km/h : 11,8 s – Émissions de CO2 : 75 gr/km – Prix : dès 19 400 €.

2017_Toyota_Yaris_Hybrid_Blue_Dynamic_23.jpg

 

 

Publicités

Suzuki Swift dernière version.

02_SWIFT_styling_front quarter_street.jpgSuzuki Swift 1.0 Boosterjet SHVS

La nouvelle petite Swift, deSuzuki une citadine confortable.

A l’origine de la mode des petits 4×4, Suzuki est aussi le grand spécialiste des petits véhicules citadins. Aujourd’hui, le constructeur japonais dévoile la nouvelle Swift qui représente le meilleur de ses ventes du marché français.

Pour cette quatrième génération de la Swift, Suzuki a dessiné un modèle radicalement nouveau. Nouveau design, nouveau moteur, nouveau châssis, la Swift 2017 est armée pour des faces à faces ses concurrentes comme la Toyota Yaris, la Clio, la Peugeot 208 et autres VW Polo. On apprécie le design moderne et classique de ctte petite japonaise. En revanche le recours à la poignée de porte arrière intégrée dans le montant devient lassant et ce qui avait été original il y a quelques années finit par lasser d’autant que le maniement n’est pas aisé. LaSwift est le modèle le plus vendu de la marque japonaise sur le marché français avec 7 354 immatriculations en 2016 ce qui représente 36% des ventes de la marque, la Swift se positionne entre la petite Ignis et la Baleno. Trois modèles qui utilisent comme base la nouvelle plateforme Heartect. Un choix qui permet à la Swift de perdre 120 kg sur la balance par rapport au modèle précédent. Le modèle de base ne pèse ainsi que 840 kg. Outre son allure sympathique, la nouvelle Suzuki Swift offre un habitacle confortable où chacun trouve son espace. L’ergonomie est bien vue et l’on apprécie l’organisation des informations dans un combiné central parfaitement lisible. La console centrale, intègre selon les versions un écran LCD de 7’’.

 

IMG_8676.JPG

Au volant.

Pour cet essai, nous avons choisi la nouvelle motorisation 3 cylindres essence turbo de 1.0 L associé au système hybride SHVS. Ce nouveau moteur remplace désormais le Diesel au sein de la gamme. Ce système hybride d’appoint est constitué d’un alterno-démarreur Mitsubishi qui développe 3ch et alimente une batterie au lithium de 36 Wh. Selon Suzuki, il permet un gain de 0,6 litre aux 100. Agréable à l’usage, ce moteur est souple et n’a pas l’habituelle rugosité et les vibrations de ce type de moteur. Sur un parcours accidenté, la consommation n’a pas dépassé les 6,3 l aux 100/km. Lors de notre essai, c’est une transmission manuelle à cinq rapports qui était disponible mais une boîte CVT et une boîte automatique à six rapports sont également prévues au catalogue. Bien équilibré, le nouveau châssis de la Swift offre un comportement sûr et agréable. On peut simplement reprocher un amortissement un peu trop souple dans certaines conditions de revêtements routiers et à vive allure. Mais cela reste un épiphénomène. Equipée de tous les équipements de sécurité habituels, la Swift de l’essai s’affiche à 17 000 euros. Un excellent rapport qualité/prix qui permet de disposer d’une carte grise d’hybride. Un avantage financier dans certains départements. Mais le modèle de base à 13 500 euros s’avère également un excellent choix pour ceux qui roulent peu.

Joël Chassaing-Cuvillier

SWIFT_dash.jpg

 

LA SUZUKI SWIFT 1.0 SHVS EN CHIFFRES
Moteur essence 3 cylindres en ligne – 998 cm3 (73,0 x 79,5 mm) – 111 ch à 5 500  tr/min – 170 Nm à 2000 tr/min – Boîte manuelle à 5 rapports – Dimensions : 384 x 173,5 x 149,5 cm, empattement : 245 cm – Poids : 925 kg – Pneumatiques 185/55 R16– Vitesse : 195 km/h – Accélération de 0 à 100 km/h : 10,6 s – Émissions de CO2 : 97 gr/km – Prix : de 13 500 € à 17 000 €

Forum Classic Bar, une adresse pour l’été

Le Forum Classic Bar élargit son offre.

Après avoir dû quitter son adresse du quartier de la Madeleine, le bar le Forum a posé ses valises dans le 2ème arrondissement au 29 rue du Louvre au cours de l’année 2016. On y retrouve l’ambiance des deux jukes box et le savoir faire de Xavier Laigle son directeur.

Aujourd’hui, le Forum Classic Bar propose un nouveau service qui comblera tous ceux qui aiment prendre un verre tout en se sustentant d’une assiette de qualité. On se souvient en effet qu’au Forum, il était possible le soir de se faire servir une salade composée ou un plat tout en sirotant un Negroni ou une coupe. Dorénavant, cette formule est reprise à l’heure du déjeuner avec une formule à 15 € qui propose au choix une salade composée (soit italienne, soit saumon fumé, soit foie gras, soit magret de canard) accompagnée d’une boisson et d’un café. Le tout servi dans l’ambiance chaleureuse d’un bar mythique —il y en a deux à Paris— où la musique saura être discrète. Pour ce bar d’hôtel sans hôtel au-dessus qui sait offrir le savoir-faire mais aussi le savoir-vivre, l’important est de faire perdurer la tradition des bars où le barman échange encore avec le client tout en sachant ne pas rentrer dans son intimité. Bien sûr la carte a été réduite à 30 cocktails mais elle comprend un choix de 80 whiskies qui peut satisfaire les plus exigeants. Le Forum Classic Bar est une adresse à retenir lorsque l’on hésite sur le choix d’un lieu pour prendre un verre entre amis.

JCCforum 4.JPEG

Le plaisir venu du Japon

 

L1040691.JPG

Gourmandises japonaises

Le Japon aime la France

Si l’on devait établir une comparaison, c’est avec la richesse des fromages français plus encore que par les vins que l’on devrait comparer la production de saké au Japon. En effet, les riz et l’origine de l’eau de chaque région du Japon déterminent cette boisson nationale.

Avec le saké Mio élaboré par la maison Shirakabegura, c’est un saké inhabituel qui nous est proposé. Une faible teneur en alcool, 6° au lieu des 15° que l’on trouve habituellement, une effervescence assez prononcée, en font un produit léger qui plaira à une clientèle plutôt féminine et peu habituée au saké. Une légère floralité et une douceur accentuée en font un vin de dessert par excellence. Légèrement ambré, il n’est pas sans rappeler un effervescent français demi-sec par son onctuosité. Conçu avec un riz poli à 60%, un gage de qualité, et ayant subi une fermentation d’une semaine, il constitue une approche nouvelle du saké tout en sachant qu’il n’en a pas la spécificité. Il est vendu dans un petit flacon de 330 ml. A boire très frais sous les cerisiers en fleurs. Il convient également à la confection de cocktails et s’associe parfaitement à des ingrédients fruités.

Joël Chassaing-Cuvillier

 

 

 

The Scotch Malt Whisky Society s’installe en France.

IMG_8997.JPG

 

 

 

The Scotch Malt Whisky Society.

Le produit avant l’étiquette.

Souvent, en matière d’art, on reproche aux béotiens d’acheter avec leurs oreilles plutôt qu’avec leurs yeux. Une situation qui peut également s’appliquer aux amateurs de vins et de spiritueux. Pour lutter contre l’attrait de l’étiquette, la SMWS propose des bouteilles identiques et dont le contenu reste de provenance anonyme.

Des bouteilles identiques, des étiquettes aux indications ésotériques, voilà ce que la Scotch Malt Whisky Society propose à ses adhérents. En voulant donner la priorité aux saveurs, la SMWS éduque les amateurs en leur proposant des produits aux origines connues mais qu’il faudra se donner la peine de découvrir par une dégustation raisonnée. En effet,  les douze whiskies proposés dans le catalogue de la SMWS proviennent tous de distilleries connues. Le principe pour la SMWS étant d’acheter un ou plusieurs fûts dans ces grandes maisons pour ensuite les embouteiller à destination de ses membres avec logiquement la garantie de disposer d’une sélection rare. Douze whiskies qui correspondent aux douze profils aromatiques créés par les experts de la SMWS afin de permettre aux membres du club de découvrir leurs préférences. Un nombre, un nom à l’inspiration poétique, une indication de saveur, voilà les seules informations dont on disposera en acquérant l’une ou l’autre de ces bouteilles. Nous avons par exemple été séduit par la référence 7.169 « Sunday afternoon feeling » que l’on peut qualifier de Juicy, Oak & Vanilla. Certains ne l’aimeront pas, et préféreront la 121.97 « Feels like Heaven » plus Spicy & Sweet. Chaque membre choisira ainsi le malt qui correspondra à son palais sans être l’esclave d’une étiquette renommée ou d’un âge mis en évidence. Il suffit de se laisser guider par l’expérience des dégustations effectuées en compagnie d’autres membres de la SMWS lors de différentes présentations de la gamme. Les informations se trouvent au http://www.smws.com/flavour-fanatics.

Joël Chassaing-Cuvillier

IMG_8999.JPG

site photos: jchassaingcuvillier.wix.com/jchassaingcuvillier

Pastis Henri Bardouin, l’esprit de la Provence.

IMG_8840.JPG

 

 

Pastis Bardouin, l’esprit de la Provence.

Le pastis, c’est le temps des vacances qui se profile à l’horizon. Le soleil, la mer et les superbes soirées qui se terminent tard dans la chaleur de la nuit. Mais comme tous les apéritifs anisés, les pastis sont légions et leurs recettes aussi nombreuses que les villages de Provence.

C’est bien sûr dans l’historique absinthe que l’on trouve les origines du pastis. En 1805 à Pontarlier la maison Pernod fils produit ses premiers apéritifs et il faut attendre 1872 pour qu’une autre famille homonyme Pernod élabore le premier apéritif anisé sous le nom de Pernod père et fils. Deux familles qui fusionnent en 1928 et dont la marque est toujours produite sous l’égide d’un groupe mondial. Mais au delà de ce produit de grande diffusion, les ésthètes recherchent un pastis plus élaboré et surtout plus raffiné en bouche. Les vacances n’interdisent pas la délicatesse du palais. C’est précisément cette délicatesse et cette finesse que procure le pastis Henri Bardouin. Réintroduite dans les années 1990, la marque a été créée par les Distillateurs de Provence installés à Forcalquier depuis 1898. Soucieux d’affirmer sa différence, le pastis Henri Bardouin adopte des recettes qui mettent l’accent sur les épices et la richesse aromatique de plantes venues du monde entier. Si bien sûr l’on retrouve les plantes provençales comme l’anis, le fenouil ou la réglisse, il faut aussi compter sur les arômes de la cannelle, de la cardamone, du gingembre ou de la fève tonka. En tout, ce sont 65 ingrédients différents qui constituent la structure du pastis Bardouin. Une conception soignée qui a été récompensée en 2008 par une médaille d’or au concours agricole et en 2013 par le meilleur apéritif anisé au concours international des sommeliers. En bouche, le Bardouin offre une attaque dominée par la réglisse qui s’efface pour apporter une finesse de palais qui laisse exploser les saveurs de la Provence sans jamais imposer la lourdeur de l’anis. Une légèreté qui facilite son association avec des spécialités culinaires méditerranéennes sans jamais les dominer.

Joël Chassaing-Cuvillier.