H.Moser&Cie, l’humour horloger d’Edouard Meylan.

 

Swiss Icons Watch_3804-1200_PR_Black Background.jpg

H. Moser&Cie, l’humour horloger d’Edouard Meylan.

S’il y a une chose qui ne fait pas partie de l’ADN des horlogers suisses, c’est bien le sens de l’humour et de la plaisanterie. Rolex en est l’exemple parfait. En revanche, Edouard Meylan qui dirige la manufacture H. Moser & Cie n’hésite pas à proposer des produits disruptifs à l’instar de sa montre en fromage suisse.

Avec la Swiss Icons Watch, Moser est à la fois en pleine provocation et en plein humour. Cette montre unique qui sera vendue aux enchères au profit d’une association rassemble dans une seule pièce les points iconiques des modèles les plus célèbres. Et comme le souligne Edouard Meylan « Beaucoup de marques, même historiques, ne créent et ne produisent plus rien mais substituent à la substance des artifices pour rester pertinentes cela à grand renfort d’événements prestigieux ou en se payant des égéries sans rapport avec l’horlogerie, autant d’artifices qui ne sont que poudre aux yeux. C’est à qui se vante d’avoir la plus longue histoire, l’ambassadeur le plus célèbre, le pseudo-influenceur avec le plus de followers. Ce sont là de vaines batailles et l’essentiel est ailleurs : dans le produit. Nous devons nous montrer créatifs et nous recentrer sur le produit. Il faut revenir sur terre, remonter ses manches et avoir des idées inédites. C’est à cette seule condition que nous pourrons rendre sa valeur au Swiss Made ». Dans cet hommage humoristique aux icones horlogères H.Moser&Cie replace en perspective le manque de créativité de nombreux horlogers helvétiques qui se contentent de décliner chaque année des évolutions redondantes. Une fois de plus, Edouard Meylan aura mis le marketing à son service tout en s’en moquant.

Joël Chassaing-Cuvillier.

Swatch honore la St Valentin.

« ALL YOU NEED IS HEARTY LOVE »

sa01_gz314s_Original

Une édition spéciale Swatch pour la St Valentin.

Venue des Etats-Unis, la désormais traditionnelle célébration de la Saint Valentin est le prétexte à toutes les créations et les horlogers ne sont pas les derniers à profiter de cette journée pour proposer une série spéciale de leurs différents modèles. Au nom du romantisme toutes les créations sont autorisées et Swatch n’est pas la dernière marque à s’approprier cet événement. Cette année, la marque suisse a choisi une montre simple à trois aiguilles dont le cadran s’orne d’un cœur rouge tandis que le bracelet reprend ce motif dans son intégralité. Un modèle produit en série limitée et numéroté de 7 654 exemplaires et présenté dans un écrin qui reproduit le motif de la montre. Baptisée Hearty Love cette montre spéciale sera vendue 70€ dès février prochain.

J.C-C

TAG Heuer Carrera Calibre 5: simple et chic.

TAG Heuer Carrera Calibre 5 : simple et chic.

tag.jpg

Une montre simple et élégante qui bénéficie de la réputation d’une grande marque, voilà ce que cherche en priorité l’acheteur moyen qui se décide pour une première montre. Une taille normale, un design classique et un mouvement mécanique de qualité, c’est la montre type du primo accédant à l’horlogerie traditionnelle. Avec la Tag Heuer Carrera Calibre 5, l’amateur trouvera l’objet idéal pour se faire plaisir à un prix contenu. Pour cette montre à trois aiguilles qui bénéficie d’un guichet dateur, Tag Heuer a choisi un mouvement mécanique à remontage automatique à la fois simple et fiable. La boîte d’un diamètre de 39 mm range cette montre dans la catégorie des indémodables loin des excès que l’on a pu connaître dans le passé. Une dimension qui lui offre d’une part un aspect vintage et laissera la possibilité à une femme de la porter sans problème.

Joël Chassaing-Cuvillier.

 

 

Cadran argent, bracelet alligator

Mouvement Calibre 5 TAG Heuer – Montre automatique – Date.

Cadran argent soleillé.

Index polis, satinés et facettés posés main.

Aiguilles des heures et des minutes polies et facettées avec marqueurs luminescents.

Petite seconde.

Guichet dateur posé main à 3h.

Boîtier poli : 39 mm.

Lunette fixe en acier poli.

Couronne polie avec logo TAG Heuer.

Verre saphir bombé avec traitement anti-reflet double face.

Fond de boîte verre saphir.

Etanche 100 mètres.

Bracelet en alligator noir, marron ou anthracite.

Boucle déployante en acier avec bouton poussoir de sécurité.

Prix : 2 150€

Junghans, Max Bill 2018

Junghans, série Max Bill 2018

max_bill_Edition2018_041_4811_00_Beauty1.jpg

L’édition limitée annuelle Max Bill 2018 de Junghans est une oeuvre d’art à double titre : le fond de la boîte est orné du motif sicherheit de Max Bill, tandis que le cadran reprend la typographie épurée caractéristique.

Le travail du sicherheit est issu des quinze séries graphiques de Max Bill, plus précisément de la série n° 5. A travers ce travail, l’architecte suisse et ancien du Bauhaus cherchait à illustrer le processus de création de son travail à l’attention des amateurs d’art. En effet, bien qu’on puisse aimer une oeuvre d’art sans la comprendre, on ne peut l’apprécier à sa juste valeur qu’en connaissant les méthodes qui ont présidé à sa création. On y retrouve l’influence de Paul Klee, de Kandinsky et de Mondrian. Le sicherheit repose aussi sur la transformation d’une idée de base : à travers la rotation et le décalage, quatre triangles jaune, rouge, bleu et vert formant un carré donnent vie à ce sujet complexe. Un travail que l’on retrouve dans le fond de la boîte de la montre Max Bill 2018. C’est en 1961 que l’artiste avait conçu pour Junghans ce cadran épuré, avec ses aiguilles fines, ses proportions équilibrées et ses chiffres caractéristiques. Nouveauté cette année : la date s’affiche en vert, tout comme la surpiqûre du bracelet en cuir et sa doublure, constituant ainsi un rappel discret à cette édition spéciale – c’est la même teinte de vert que celle figurant aux côtés de trois autres couleurs sur le fond du boîtier. Comme les oeuvres gegenseitigkeit (réciprocité), aktion (action), ruhe (calme) et gleichgewicht (équilibre), le motif sicherheit est issu de la série n° 5 intitulée fünf quantengleiche quadrate (cinq carrés du même quantum) créée en 1972 dans le cadre d’une commande pour une compagnie d’assurances suisse. Ici, l’artiste a illustré à la perfection des valeurs qui suscitent toujours autant d’émotion.

La collection Junghans Max Bill.

Fidèle à la devise de l’architecte américain Louis Sullivan selon laquelle « la forme suit la fonction » —la base du fonctionnalisme—, Max Bill a conçu une montre à la fois pure et originale. La créativité du cadran de la pendule de table de 1956, une étape marquante dans l’histoire du design, est devenue la caractéristique distinctive des garde-temps de Max Bill lorsqu’il a conçu ses premières montres en 1961. L’artiste accordait une importance particulière à l’alliance entre valeur utilitaire et beauté. Avec leurs lignes épurées qui touchent à la perfection artistique, les classiques du design de la collection Junghans Max Bill sont quasiment toujours produits à l’identique aujourd’hui. C’est cet esprit que l’on retrouve dans le travail de Dieter Rams pour Braun et bien sûr dans celui de Jonathan Ives pour Apple.  JCC.

Mouvement: Mouvement quartz J645.33

Boîtier: Acier Ø 38,0 mm, épaisseur 7,9 mm, fond en verre minéral vissé en 4 points revêtant l’oeuvre « sécurité » des « grafischen reihen ». Plexiglas trempé, bombé et doté d’un revêtement résistant aux rayures.

Particularité : date de couleur verte

Cadran/aiguilles: Marquages cadran et aiguilles argentés mats avec revêtement luminescent Super Luminova.

Bracelet: Cuir, surpiqûres vertes et boucle ardillon en acier, doublure en cuir vert coordonnée au dessin de l’édition limitée

Etanchéité: Résiste aux éclaboussures

Prix : 495 €.