Goût du Japon

L1090305.JPG

Goût du Japon.

La rencontre avec un pays comme le Japon passe bien sûr par des séjours afin de mieux appréhender sa géographie et les grands lieux historiques. Mais connaître son artisanat et ses produits agricoles permet de découvrir la richesse culturelle de ce pays si lointain.

Plusieurs organismes et associations facilitent cette découverte en présentant des expositions artistiques comme la Maison du Japon ou l’Espace Densan qui organisent régulièrement des présentations du travail des artisans japonais. Pour les gastronomes, la maison Issé invite des acteurs de la gastronomie japonaise, qu’ils soient producteurs de saké, de sauce soja ou de riz. C’est dans cet esprit que l’on peut rencontrer chez Issé des intervenants des différentes préfectures du Japon avec notamment une présence importante des chambres de commerce locales.

Organisme officiel du Japon disposant d’un immeuble à Paris, la maison de la culture du Japon présente régulièrement des concerts de musique japonaise ainsi que des musiciens japonais qui interprètent des œuvres européennes. Bénéficiant de son statut officiel, elle organise également de nombreuses expositions liées à l’art au Japon à travers les siècles passés comme la prochaine exposition Ôtsue-e qui se déroulera du 24 avril au 15 juin 2019 dans le prolongement de l’année « Japonismes 2018. » Il s’agit de la première exposition organisée en Europe sur l’imagerie japonaise de l’époque d’Edo. Elle révélera, à travers plus de cent vingt œuvres et documents, un art populaire méconnu qui se développa près de Kyoto entre le XVIIe et le XIXe siècle. Les Ôtsu-e ou        « images d’Ôtsu » sont des peintures exécutées au pochoir, qui connurent une grande popularité tout au long de l’époque d’Edo, du début du XVIIe au milieu du XIXe siècle. Elles étaient vendues aux voyageurs et aux pèlerins qui empruntaient la route du Tôkaidô reliant Kyoto à Edo (aujourd’hui Tokyo), et dont la ville d’Ôtsu en est le premier relais.

L1090308.JPG

L’exposition de la maison de la culture du Japon réunira plus d’une centaine d’œuvres particulièrement rares et fragiles : peintures d’Ôtsu, estampes ukiyo-e et peintures d’artistes célèbres du XVIIIe au début du XXe siècle, statuettes et livres illustrés anciens. Provenant de collections privées et de musées japonais, catalans et français, certaines d’entre elles seront dévoilées au public français pour la toute première fois. Dans un autre registre, la maison de la culture du Japon met en avant des opérations créées par de grandes entreprises japonaises comme la présence de kiosque à bento Ekiben dans le hall principal de la gare de Lyon. Dans le même esprit de découverte de la culture du Japon, l’espace Densan propose aux amateurs les mille et une facettes de l’art et de l’artisanat japonais. Ouvert depuis 2016 dans le quartier de l’Opéra, l’Espace Densan a pour but de promouvoir la richesse des multiples créations d’excellence sélectionnées par Densan avec le concours du ministère de l’économie, du commerce et de l’industrie au Japon (METI). Densan met en avant les différents produits de l’artisanat japonais mais également leurs créateurs. L’art de la nacre, le travail du damas, la céramique, les instruments d’écriture, autant de techniques traditionnelles pratiquées par des « trésors vivants » qui perpétuent et transmettent un savoir ancestral. Avec Issé, c’est une approche plus terre à terre du Japon qui nous est proposée. Importateur et distributeur de produits gastronomiques japonais, cette maison invite régulièrement des préfectures japonaises qui viennent faire la promotion de leurs produits régionaux. Située au nord ouest, la préfecture d’Akita avait mis en avant l’excellence de ses 36 différentes marques de sakés qui comptent parmi les meilleurs du Japon. Toujours en gastronomie, Akita offre aux amateurs le riz Komachi qui est une référence nationale tout comme ses sauces soja et ses misos produits par la maison Ishimago Honten. Autant de produits qui bénéficient de l’excellence de l’eau de cette région. Outre ces différents produits culinaires, la région d’Akita est célèbre pour ses objets en laque ou en écorce de cerisier. Grâce à Issé, on a pu découvrir les attraits d’une région moins connue du Japon : Okinawa. Plus au sud dans le Pacifique, l’archipel d’Okinawa est connu bien sûr pour ses plages mais également pour sa boisson Awamori. Différent du saké ou du shochu, l’awamori est un alcool de riz thaïlandais qui est distillé et non brassé comme le saké. Outre cette boisson peu connue , Okinawa est reconnu pour sa céramique typique qui se distingue radicalement des autres productions du Japon. Autre préfecture ou région mise en avant par Issé, celle de Kagoshima. Située à l’extrême sud de l’î le de Kyushu, la ville de Kagoshima est sous la domination du volcan Sakurajima qui crache ses fumées au quotidien. Produits de la mer, viande de bœuf noir kurogyû et de porc noir kurobuta, culture de patates douces satsuma-imo, thé vert de Kagoshima, shôshu honkaku de Kagoshima, fabrication d’un miso local au goût sucré, la préfecture de Kagoshima est particulièrement riche. C’est un véritable résumé de l’art de vivre japonais qui nous est proposé ici. La marque de whisky Mars possède également une distillerie dans cette préfecture. Outre les produits de la terre et de la mer, Kagoshima est un véritable paradis pour les amateurs de Onsen. La proximité du Sakurajima, toujours très actif, alimente les 2 700 sources chaudes et les bains de sable chaud. Alors que le cycle « japonismes 2018 » touche à sa fin, il est toujours possible de se plonger dans l’esprit du Japon en dégustant les produits de son agriculture disponible chez Issé.

Joël Chassaing-Cuvillier

IMG_5799.JPG

 

 

 

 

Publicités

Les œufs de Pâques, une gourmandise de la Maison du chocolat.

 

Pâques 2019 La Maison du Chocolat.jpg

 

 

Chocolats de Pâques

Les œufs de Pâques font partie d’une tradition ancrée dans le paysage gastronomique français. Quitte à être gourmand autant choisir des produits de qualité fabriqués par des maisons qui privilégient des cacaos venant des meilleurs terroirs. C’est ce que nous propose la Maison du Chocolat.

Le Brésil, le Ghana et Java voilà les trois crus de cacao qui rentrent dans la fabrication des œufs de Pâques de Nicolas Cloiseau le créateur des spécialités de la Maison du Chocolat. Trois provenances qui induisent trois saveurs différentes. Du Brésil, un chocolat noir rond et fruité qui abrite un praliné aux amandes, noisettes et biscuits caramélisés ; du Ghana, un chocolat noir intense, épicé, chaleureux, abrite un praliné puissant aux éclats de noix de pécan caramélisées ; dans un autre registre, le chocolat de Java fondant comme un chocolat au lait renferme une bouchée de praliné aux éclats de noix de cajou caramélisées alternant le chocolat noir et le chocolat au lait.

Dans un autre registre, la Maison du Chocolat nous fait découvrir six nouvelles compositions de tablettes de chocolat. Modernes, ces tablettes miniatures se distinguent par une architecture nouvelle où seule une incision détermine la part des gourmands. Tapage noisette, Passion vibrante, Pécan blondinet, Cavale fruits secs, Noisettes démentes et Blanc frissonnant, autant de noms qui soulignent la folie de cette nouvelle collection gourmande. Chocolat noir ou au lait, éclats de noisettes, fruits secs, riz soufflé, noix de pécan sont parmi les principaux ingrédients de cette nouvelle folie de la Maison du Chocolat.

Joël Chassaing-Cuvillier

La tradition des chocolats de Noël

 

La Maison du Chocolat - Bñche Ràve d'Ailleurs Noâl 2018 (2).jpg

Maison du chocolat

Un noël en chocolat.

Comme chaque année, la Maison du chocolat propose une collection de confiseries consacrées à Noël et aux fêtes de fin d’année. Un entracte gourmand au milieu des soucis de la vie quotidienne.

Deux choses distinguent la soirée de Noël : le sapin et la bûche. La Maison du chocolat ne pouvait pas passer à côté de ces deux symboles d’une fête universelle. Pour le sapin, Nicolas Cloiseau, le créateur maison a concocté un sapin composé de 78 bulles de chocolat de diamètres différents dont huit sont ouverts sur des mini scènes de Noël. Haut de 80 cm ce sapin de chocolat entièrement réalisé à la main est proposé sur commande. Encore plus traditionnelle, la bûche conserve toute sa place sur chaque table le soir de Noël. Une seule obligation, être une pâtisserie de qualité ce qui implique un certain prix. Avec ce dessert Nicolas Cloiseau raconte une véritable histoire de Noël pleine de douceur. Des épices, un chocolat fruité, une nuance d’agrumes et une mousse au chocolat du Brésil, en plus une jolie décoration, cette bûche sera le soleil de la table. Conçue en taille unique pour 6 à 8 personnes, ce symbole de Noël versus Maison du chocolat est disponible en boutique entre le 21 et le 24 décembre prochain. Une collection rêve de Noël qui rassemble des petits personnages en chocolat, un calendrier de l’avent et une série de coffrets sont également proposés dans les boutiques.

Joël Chassaing-Cuvillier.